DOSSIER BENJAMIN LACOMBE - Que valent ses nouveaux livres ?


Benjamin Lacombe a été un de mes illustrateurs chouchous pendant plusieurs années. Fût un temps, il sortait un livre, et dans les mois qui venaient, je l'achetais illico-presto, bavant devant ses illustrations.

Le point culminant de cette fan-attitude, a certainement été le jour où je me suis faite dédicacer un de ses ouvrages, et où je lui ai dit à peu près... rien. Je ne sais pas vous, mais moi je n'arrive que rarement à engager la discussion lors d'une rencontre avec un auteur/illustrateur que j'aime bien (ma timidité et la foule se pressant derrière mon dos ne sont pas innocents dans cette affaire, Watson !).

En tout cas j'étais à peu près sûre d'adorer toutes ses réalisations. Depuis, j'ai le sentiment de m'être un peu lassée, et au risque de jouer la vieille bougonne, j'ai presque envie de dire que "c'était mieux avant". Je vous explique ça avec des photos de certains de ses derniers livres parus.

Frida, de Sebastien Perez et Benjamin Lacombe

Celui-là, j'étais persuadée que j'allais le chérir, l'exposer, le mettre entre toutes les mains, et pourtant je l'ai reposé et rangé très vite car il m'a frustré. Je crois que je ne faisais tout simplement pas parti du bon lectorat de cet ouvrage.

Consacré à la vie de Frida Kahlo, il était prometteur, mi-hommage, mi-biographie, je m'attendais à en prendre plein les yeux. D'ailleurs la couverture était déjà impressionnante : colorée, mêlant parfaitement l'univers de Kahlo et Lacombe, elle aurait pu se contenter de toutes ces qualités. Toutefois, un dernier détail vient se glisser; cette couverture est toilée. Une fois en main, l'effet est saisissant, et donne toute sa dimension au livre objet. Vous avez envie de le toucher, de le manipuler sous toutes ses coutures.